Amour, fantaisie et architecture

News / Publié le 05 Mars 2019

Belle des Belles, Pasha, Colorful, Rose lips, Sara Sweet… Que vous ayez ou non déjà séjourné au Japon, vous avez probablement déjà entendu parler des « love hotels », aussi extravagants dans leur dénomination que dans leur architecture. Aux côtés des ryokan traditionnels et des futuristes « capsule hotels », ils font la réputation du Japon. A l’occasion de la Saint-Valentin, 4114 fait la lumière sur ces nids d’amour reflets de leur époque et de la société.

Amour, fantaisie et architecture

L’histoire d’une institution japonaise

Amour, fantaisie et architecture

La chambre de jour pour couples est née dans les années 20 avec les yen-shuku (« chambres à 1 yen »). Mais c’est véritablement dans les années 60 que se développent massivement les tsurekomi yado (« auberge pour clients accompagnés»). Le terme de « Love Hotel » (« rabuho ») est adopté à cette même période, après la popularisation de l’"Hotel Love" ouvert en 1968 à Osaka. S’il est favorisé par la prospérité économique du pays, le boum des love hotels s’explique avant tout par le rôle social incontournable qu’ils jouent au sein de la société japonaise : dans un pays où parfois 3 générations vivent au sein d’un même logement, souvent exigu, ils offrent l’unique espace d’intimité disponible, pour quelques heures (« kyuukei ») ou pour une nuit (« shukuhaku »).

 

Fantasmagories architecturales

Château de conte de fées, paquebot, palais chinois, chapelle… La tendance vers le grandiose et l’exubérance architecturale s’est amorcée dans les années 70, aussi bien dans l’apparence extérieure du bâtiment que dans le design intérieur des chambres. Elle a pris fin à la fin des années 80, quand les love hotels, bénéficiant jusque-là d’un statut identique à celui des hébergements classiques, ont été contraints de se plier à une réglementation moins permissive. On mise alors sur davantage de sobriété pour éviter d’être trop voyant… 
Amour, fantaisie et architecture Amour, fantaisie et architecture
 

Des hôtels pour le loisir, pas pour dormir

La sobriété architecturale est allée de pair avec une hausse du niveau d’équipement technologique. Un simple lit, aussi excentrique soit-il, ne suffit pas : les love hotels les plus prisés sont aujourd’hui ceux qui disposent des équipements les plus haut de gamme. Ce sont avant tout des lieux de détente et d'amusement. On vient y chercher de l’extra-ordinaire : jeux de lumières, lampes UV, écran géant, consoles de jeu, téléviseur grand format, karaoké privé, système audio dernier cri, purificateur d'air, fauteuil massant, toilettes électroniques automatiques, baignoire géante à jets, sauna ou jacuzzi privé, costumes… Au-delà d’un équipement toujours plus performant et insolite, les love hotels ont été amenés à diversifier leurs services en proposant par exemple des soirées spéciales "filles" (soirée pyjama, enterrement de vie de jeune fille), des forfaits de soins pour les couples et même des offres adaptées aux familles.
Le "menu" des chambres se consulte sur un panneau lumineux où sont présentés les photos et détails de chacune d'elles (cf photo à droite). 

 
Amour, fantaisie et architecture

Un business florissant

Il y aurait aujourd’hui près de 30 000 love hotels au Japon, disséminés en pleine campagne ou regroupés dans les quartiers de grandes villes, comme Shibuya à Tokyo et sa « Love Hotel Hill ». Rien de moins étonnant quand on sait que les taux de remplissage quotidien avoisine les 200, 300 voire pour certains 400 % !
Le concept fait de plus en plus d’émules aux quatre coins de la planète. Déjà développé en Corée et en Thaïlande, le concept du love hotels a essaimé jusqu’en Chine, où le boom économique s’accompagne d’une révolution sexuelle qui se heurte à une société encore très conservatrice. 
Certains pays à l’image du Brésil l’adaptent même à leur culture : les « motels » importés d’Amérique (inventés dans les années 20 pour les routiers) se sont progressivement transformés en « love motels». Très populaires, ils constituent un secteur économique important, avec près 5 000 établissements recensés dans tout le pays.
La France n’est pas en reste : le premier love hotel français, inspiré du modèle japonais, bien nommé le Love Hôtel, s'est ouvert rue Saint-Denis en 2011. Love rooms, chambres à thèmes : il s’en installe de plus en plus sur le territoire… De quoi pimenter la Saint-Valentin des plus aventureux…
 
Happī barentaindē !
Amour, fantaisie et architecture Amour, fantaisie et architecture Amour, fantaisie et architecture

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

Derniers articles publiés

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription