Technique : Confort acoustique, silence, on innove !

Architecture / Publié le 28 Août 2018

Circulation, travaux, rumeur de la ville... A la rentrée, le chant des oiseaux et des vagues cède sa place à des bruits plus intrusifs. A l'heure de la densification urbaine et du repli sur soi, le confort acoustique est devenu un point focal dans la construction. Urbanistes, architectes et fabricants rivalisent d'innovations. La chasse au bruit est ouverte !

Technique : Confort acoustique, silence, on innove !

L'acoustique est restée longtemps le parent pauvre de la construction. « Les normes acoustiques en France sont anciennes : la NRA (Nouvelle réglementation acoustique) date de 1999 et n'a pas beaucoup évolué, à la différence de la thermique où la réglementation évolue tous les 5-6 ans, avec des exigences toujours plus fortes » explique Patrick Lahbib, Directeur de l'Innovation d'Hydro Building Systems France. « Or, des études récentes montrent que le bruit a des impacts forts sur la santé et un coût important pour la collectivité ».

Un enjeu sanitaire et sociétal

Une étude d'Ernst & Young commanditée par l'Ademe et le Conseil National du Bruit en juin 2016 a chiffré le coût social du bruit en France à 57 milliards d'€ par an. Par ailleurs, on estime à 25 millions le nombre de Français affectées par le bruit, avec toutes les pathologies, les prises en charge médicales et les arrêts de travail qui en découlent. Autre chiffre significatif : le rapport quinquennal de l'Agence Européenne de l'Environnement (2015) a évalué l'impact du bruit à 10 000 morts prématurées par an en Europe, par crise cardiaque ou AVC, notamment.

 

 Depuis le 1er juillet 2017, l'obligation d'isolation acoustique doit être prise en compte dans tout projet de rénovation lourde. 



Cette prise de conscience s'accompagne d'avancées réglementaires récentes. Une directive européenne de 2002 transposée en droit français impose aux grandes agglomérations de réaliser des cartographies stratégiques du bruit et de proposer un plan de prévention du bruit. Un décret entré en vigueur en 2013 impose à tous les maîtres d'ouvrage déposant un PC de fournir une attestation de prise en compte de la règlementation acoustique, et ce pour tous les bâtiments d'habitation. Enfin, depuis le 1er juillet 2017, l'obligation d'isolation acoustique doit être prise en compte dans tout projet de rénovation lourde. « Mais ce qui fait le plus bouger les lignes, c'est l'aspect socioculturel, observe Patrick Lahbib, car aujourd'hui les gens estiment qu'ils ont droit à la tranquillité, le silence est un dû. C'est une contre-réaction à l'évolution de la ville, où il y a une concentration des populations et des activités, une forte densification de l'habitat et des transports, qui augmente le bruit ambiant. Les gens cherchent à préserver leur bulle, leur part de bien-être ».

Innovations tous azimuts

Dans le domaine de la construction, la tendance est au questionnement sur les formes des bâtiments et leur répartition dans l'espace urbain. « Au niveau architectural, on cherche à optimiser la forme des bâtiments et les indices de réflexion, pour éviter d'amplifier le bruit et favoriser son absorption à la base. En termes d'urbanisation et d'aménagement, la recherche porte sur l'orientation par rapport à une source de bruit donnée. La gêne sonore peut-être considérablement réduite en évitant de créer des couloirs de bruit. Les recherchent portent aussi sur les murs antibruit, leur composition et leur forme. On essaie aussi de créer des espaces verts un peu denses, qui font écran au bruit » énumère Patrick Lahbib.
 
Autre tendance marquante : l'emploi des nouvelles technologies dans l'acoustique, grâce auxquelles on ne se contente plus de bloquer le bruit, mais on cherche à l'atténuer par des systèmes de contrôle. C'est l'acoustique active, qui utilise des systèmes numériques et électroniques pour analyser le bruit en temps réel et créer un contre-bruit qui neutralise la gêne sonore. Jusque-là cantonnée dans des applications militaires ou industrielles, cette technologie arrive sur des applications grand public : Bose l'utilise dans des casques, une société a développé un sèche-cheveux doté d'un système anti-bruit, certains pots d'échappement en sont aussi équipés… « Ce procédé est utilisé dans certaines baies vitrées Technal, qui ont la particularité de faire écran au bruit même lorsqu'elles sont entrouvertes. Des capteurs posés sur la vitre analysent en temps réel le bruit entrant, ce qui génère des contre-ondes sonores diffusées par des micros incorporés dans la baie. On obtient ainsi un coefficient d'affaiblissement acoustique de 25 décibels à 10 cm d'ouverture, et 29 décibels à 5 cm, c’est-à-dire équivalent à celui d'un double vitrage classique en position fermée ! » explique Patrick Lahbib.
 
Tous ces exemples le prouvent : l'acoustique et la protection sonore sont devenus un marché porteur et une source d'innovations étonnantes, qui n'ont pas fini de faire du bruit !
Technique : Confort acoustique, silence, on innove !

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

Derniers articles publiés

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription