Escapade : Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art

Architecture / Publié le 28 Août 2018

Moins courue que ses illustres cousines Séville, Grenade ou Cordoue, la cité portuaire de Malaga (600 000 habitants), ville natale de Picasso, offre une alternative culturelle de choix au tourisme balnéaire de la Costa del Sol. Sa douceur de vivre et la variété de son patrimoine en font une destination idéale en septembre-octobre, pour tous les amateurs d'architecture et d'urbanisme, ne dédaignant pas de piquer une tête après une journée bien remplie.

Escapade :  Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art

2 000 ans d'histoire vous contemplent

A lui seul, le centre historique de Málaga concentre 20 siècles d'architecture : les vestiges de son amphithéâtre romain datent
du règne d'Auguste, au 1er siècle après J.-C. Il est surplombé par l'Alcazaba (de l'arabe « Al-Kasbah », la citadelle), bâti au XIe siècle sur une colline par la dynastie arabo-berbère des Hammudites pour défendre la cité. Cette imposante forteresse médiévale à la pierre ocre, cernée de jardins luxuriants, offre des points de vue imprenables sur la cité. De là, un sentier prolongé par des escaliers permet d'accéder au Castillo de Gibralfaro, autre témoin de l'architecture militaire mauresque édifié au VIIIe siècle et remanié au XIVe. Point culminant de la Málaga, il offre une vue à 360 degré.
Autre architecture remarquable, la Cathédrale est l'une des dernières à avoir été érigées en Europe, entre 1528 et 1782, ce qui lui vaut un mélange de styles gothique, Renaissance et baroque. Elle doit sa notoriété et son surnom « la Manquita » (Petite manchote) à l'unique tour de sa façade, sa jumelle n'ayant jamais vu le jour, faute de moyens. Au-delà de l'anecdote, ses proportions (117 m de long, 50 m de haut), son chœur monumental en bois de cèdre sculpté et son enfilade de chapelles richement ornées forcent le respect.
Escapade :  Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art Escapade :  Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art

Málaga, contemporaine et branchée

Loin de s'endormir sur son patrimoine millénaire, Málaga s'applique depuis 2 décennies à cultiver le souffle créatif et avant-gardiste de Picasso, l'enfant du pays. Sans surprise, la maison natale du peintre, et plus encore le fabuleux Museo Picasso, riche de plus de 200 œuvres issues de collections privées de la famille du peintre, sont ici des étapes obligées.
Ce n'est pas tout ! Malaga accueille depuis 2015 une annexe du Centre Pompidou installée dans un espace muséographique à l'architecture minimaliste, signée par l'agence espagnole L35 : un rectangle blanc immaculé à moitié enterré, surmonté d'un cube multicolore de Daniel Buren. « El Cubo », pour les intimes, abrite les monstres sacrés du XXe (Bacon, Chagall, Magritte, Mirò, Picasso, Max Ernst, Giacometti…), comme des artistes contemporains reconnus (Sophie Calle, Kader Attia...). Non loin de là, le Centre d'Art Contemporain, blanc lui aussi, installé dans un marché de gros des années 30 aux formes cubistes, expose également des artistes contemporains reconnus ou émergents.
En marge de ces prestigieux musées institutionnels, un mouvement de street art s'est développé dans un secteur autrefois délabré du centre-ville et du port, rebaptisé Soho. Né d'un regroupement spontané d'artistes, le MAUS (Malaga Arte Urbano en el Soho) laisse exploser son énergie créatrice à travers des fresques murales de plusieurs étages, dans ce qui est devenu LE quartier branché de Málaga.

Escapade :  Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art Escapade :  Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art

Archi sympa aussi…

Hôtel Barceló Málaga****

C'est l'un des hôtels design les plus partagés du moment sur les réseaux sociaux ! Son design coloré et l'immense toboggan en acier inoxydable reliant le 1er étage à son bar à cocktails-lounge, ont été conçus par l'architecte d'intérieur Jordi Torres.


La Palmeraie des Surprises

Inaugurée en 2011, cette imposante structure blanche de béton conçue par le cabinet Junquera Architectos recouvre partiellement une promenade plantée de 400 palmiers : un élément déterminant dans la réhabilitation du port de Malaga et sa réappropriation par les piétons.
La balade se prolonge par le Paseo del Parque tout proche, un jardin botanique aménagé fin XIXe peuplé d'essences tropicales. Parenthèse verte aux allures de jardin d'Eden dans le paysage urbain, c'est le royaume des perruches.


Los pueblos blancos

Les villages andalous typiques qui parsèment la province de Málaga offrent l'image d'une Andalousie éternelle. Ronda, le plus spectaculaire de tous, accroché à flanc de montagne, occupe un site à couper le souffle.

Escapade :  Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art Escapade :  Málaga, douceur andalouse et leçon d'histoire de l'art
En savoir plus
 

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

Derniers articles publiés

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription