Le réveil architectural de l'Afrique

Inspirations / Publié le 25 Juillet 2019

Depuis quelques années, un vent de renouveau souffle sur l’Afrique, sur les plans économique et politique bien sûr mais pas seulement ! Portés par la croissance économique et démographique, les projets architecturaux fleurissent : construction de villes nouvelles, musées, infrastructures sortent de terre, avec en première ligne une jeune garde d'architectes africains soucieuse de développement durable.

Le réveil architectural de l'Afrique

Des projets urbains XXL

D'ici à 2050, l'Afrique comptera ¼ des habitants de la planète. L'urbanisation galopante pousse les gouvernants à enclencher des projets gigantesques. Exemple avec ces trois projets de villes nouvelles, censées désengorger les capitales asphyxiées :
• Diamniadio au Sénégal est le projet phare du président Macky Sahl, mené à marche forcée depuis 2014 pour désengorger la capitale Dakar (3 millions d’habitants), située à 30 km de là. Bâtie sur 2 000 hectares, Diamniadio abritera à terme 350 000 habitants.
• Eko Atlantic City au Nigeria
Cet ambitieux projet aux allures de "Dubaï africain" occupera une île artificielle créée ex nihilo dans le cadre d'un plan de sauvetage de la métropole de Lagos (21 millions d'habitants) menacée par l’avancée de l’Atlantique. Un immense barrage artificiel, « la grande muraille de Lagos », a été érigé. 820 ha ont ainsi été libérés, pour ériger une cité entière, avec ses tours, sa marina et ses hôtels de luxe. Autonome en eau et en énergie, l'ensemble accueillera 250 000 habitants et emploiera 150 000 personnes.
Le réveil architectural de l'Afrique
• Sissi City, en Égypte
Lancé en 2015 par le président  Al-Sissi ce projet de ville nouvelle est présenté comme la future capitale administrative, pour désengorger Le Caire (18 millions d’habitants). En cours de construction en plein désert à 45 km du Caire, le projet devrait accueillir 6,5 millions d'habitants à l'horizon 2040. Il s'étend sur plus de 700 km² et inclut 663 infrastructures de santé, 700 écoles maternelles et garderies, et un aéroport international.
Le réveil architectural de l'Afrique
TECHNAL, par sa division EXPORT est présent pour relever les défis constructifs qui s’annoncent. Pour plus d’infos, contactez nous : www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/contactez-nous

Quand l'Afrique assume sa culture

Avec la croissance et l'émergence d'une classe moyenne éduquée, l'idée d'une réappropriation des biens culturels africains, disséminés par des siècles de colonisation, a fait son chemin. Qui dit biens culturels, dit musées. Voici les fers de lance du réveil culturel africain.
• Le Musée des civilisations noires (MCN), projet panafricain inauguré à Dakar au  Sénégal en décembre 2018, voulu par Léopold Sédar Senghor, premier Président du pays (1960-1980). Son architecture contemporaine s'inspire des cases rondes traditionnelles de Casamance. Il pourra accueillir 18 000 pièces sur 14 000 m2, des vestiges des premiers hominidés retrouvé en Afrique aux créations artistiques actuelles.

 
Le réveil architectural de l'Afrique
Le réveil architectural de l'Afrique
• Le Grand Musée d'Égypte émerge dans la banlieue du Caire, sur le plateau de Gizeh au pied des célèbres pyramides. En attendant l'ouverture dans deux ans, la colossale statue de Ramsès II érigée à l'entrée, veille sur ce chantier pharaonique. Ses 100 000 m² - deux fois le Louvre ! - abriteront plus de 100 000 antiquités dont celles du trésor de Toutankhamon. Conçu par le cabinet d’architectes Heneghan-Peng, le bâtiment a la forme d'une flèche de 500 mètres de long pointée vers les pyramides.
 
• 4 projets de musées au Bénin ont été lancés par le gouvernement en 2018 dans les villes historiques d'Abomé, Allada, Porto-Novo et Ouidah.

Une jeune garde d'architectes engagés

Parallèlement, on assiste à la montée en puissance d'une jeune garde d'architectes africains, fortement impliqués dans le développement des infrastructures de leurs pays respectifs. Tous prônent un renouveau architectural en Afrique, inventant des solutions adaptées aux techniques et contraintes locales. Ainsi Kunlé Adeyemi, architecte et urbaniste Nigérian ( NLE Architects), à l'origine du  concept d'écoles triangulaires flottantes, créé pour des bidonvilles de Lagos en 2013. Même préoccupation pour l'éducation chez le Burkinabé Diébédo Francis Kéré, qui construit des écoles en terre crue. Dans la région du Cap, Carine Smuts bâtit des écoles et des centres culturels destinés aux habitants des townships, tandis que son homologue Y Tsai s'illustre en aménageant des conteneurs en salle de classe.
 

Nous laisserons le mot de la fin à la nigériane Mariam Kamara, fondatrice de l'agence  Atelier Masōmī, - « le début » en haoussa – auteur du projet-pilote Niamey 2000, des logements abordables, construits avec des produits locaux.

Le fait de copier l'architecture occidentale n'est pas raisonnable pour nos réalités et nos climats. La modernité ne doit pas être confondue avec l'occidentalisation. Dans des pays en développement qui ont du mal à tenir économiquement, une architecture responsable est nécessaire.

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

Derniers articles publiés

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription