L'architecture des bords de mer – Épisode 2 / La côte méditerranéenne

Architecture / Publié le 03 Août 2020

Pour vous aider à mieux savourer l'été, 4114 poursuit sa balade architecturale le long des côtes françaises. De la Grande Motte à Menton, la lumière incomparable de la Côte d'Azur a inspiré les plus grands architectes, venus tester là leurs concepts avant-gardistes.

L'architecture des bords de mer –  Épisode 2 / La côte méditerranéenne

La Grande Motte, un cas d'école

La Grande Motte est l’œuvre d’un architecte visionnaire : Jean Balladur. Au début des années 60, celui-ci est missionné par le Général de Gaulle pour créer ex nihilo une nouvelle station balnéaire, afin de convaincre les Français attirés par l'Espagne de passer leurs vacances en France. Inspiré par les temples précolombiens, il crée un ensemble de pyramides blanches en béton. Ce décor avant-gardiste unique en Europe vaut à la ville d'être labellisée "patrimoine architectural du XXe siècle". Une étape obligée pour tous les passionnés d'architecture.
L'architecture des bords de mer –  Épisode 2 / La côte méditerranéenne

La villa Noailles à Hyères, un manifeste moderniste

Construite en 1925 par l’architecte Robert Mallet-Stevens pour Charles et Marie-Laure de Noailles, la villa reste en 2020 d'une surprenante modernité. Tel un vaisseau amiral, elle déploie sur 1880 m2 les préceptes du modernisme : fonctionnalité, toits terrasses, lumière, épure et absence totale d'ornements.
 

L'architecture des bords de mer –  Épisode 2 / La côte méditerranéenne

Maisons bulles seventies à Théoule-sur-Mer

Non loin de Cannes, au pied du massif de l'Estérel, Théoule-sur-Mer livre un intéressant témoignage du concept de "maison bulle" typique des années 70 : la maison Bernard de l'architecte finlandais Antti Lovag, qui semble tout droit sortie d'un épisode de science-fiction ou de Barbapapa. Avec cette demeure familiale, exemple d’architecture organique, Lovag qui se définit lui-même comme un « habitologue », expérimente sa conception novatrice de l’habitat. Il conçoit la maison comme un espace de libertés, fait de sphères et de courbes, qui doit s'adapter aux besoins des humains. Il emploie la technique alors avant-gardiste du voile de béton posé sur une armature métallique. Une architecture insolite, à mi-chemin entre habitat vernaculaire et module lunaire, qu'il dupliquera à quelques encablures de là, pour construire le Palais Bulles, racheté en 1992 par le couturier Pierre Cardin.
L'architecture des bords de mer –  Épisode 2 / La côte méditerranéenne

Villa moderniste et cabane en bois

Première villa dessinée par l’architecte écossaise Eileen Gray, la villa E-1927 à Roquebrune Cap Martin a valeur de manifeste moderniste. Construite sur pilotis, cette "villa blanche" épurée, lumineuse, aux formes simples est un paradigme d’habitat.
C'est au-dessus de cette villa que Le Corbusier, habitué des lieux, construisit en 1952 son "Cabanon", une baraque au bardage bois de 3,66 m de côté, qu'il appelait son « château sur la Côte d’Azur ». L'architecte a passé ses étés avec sa femme Yvonne dans cette Tiny house avant l'heure, pièce unique meublée de façon spartiate. En 1957, Le Corbusier déclinera son concept en cinq unités de camping de 8 m², pour son ami propriétaire du restaurant l'Etoile de mer attenant. Chacun de ses "bungalows' est pourvu d'une baie vitrée face à la mer, qui permet de "cadrer la vue".

L'empreinte de Ricciotti, l'enfant du pays

La lumière et les paysages de la Côte d'Azur continuent d'inspirer les architectes contemporains, comme en témoignent les innombrables villas de luxe qui constellent la Riviera. L'un des plus en vue est le bandolais Rudy Ricciotti, qui essaime ses variations sur le béton de Marseille à Menton. Ses bâtiments monolithiques se distinguent par leurs enveloppes en béton fibré, technique mise au point par l'architecte en 2000 pour la passerelle de Séoul enjambant le fleuve Han. Ainsi la villa Navarra construite dans le Var pour le marchand d'art Enrico Navarra. Cette habitation et galerie d'exposition présente une remarquable toiture rectangulaire en porte-à-faux, qui se déploie sur 40 m de long comme une immense visière. La construction s'inscrit dans la pente du terrain pour mieux se fondre dans la végétation, tel " un guetteur allongé dans le maquis" selon les mots de son créateur. Ricciotti est aussi l'auteur remarqué de deux des plus beaux musées du pourtour méditerranéen : le Mucem à Marseille et sa célèbre enveloppe résille et le Musée Cocteau à Menton, coiffé d'une carapace de béton percée de failles béantes.
L'architecture des bords de mer –  Épisode 2 / La côte méditerranéenne L'architecture des bords de mer –  Épisode 2 / La côte méditerranéenne

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription