Kengo Kuma : l'architecte du vivant

Rencontres / Publié le 08 Octobre 2018

Le célèbre architecte japonais a remporté deux chantiers phares de la décennie : le stade Olympique de Tokyo qui accueillera les JO en 2020 et la gare Saint-Denis Pleyel, projet phare du Grand Paris-Express. L'occasion de lever le voile sur la philosophie de cet architecte qui entend réconcilier ville et nature, et s'inspire du vivant pour créer un monde plus fluide et plus durable.

C'est en visitant avec son père le stade olympique construit en 1964 par son compatriote Kenzo Tange que Kengo Kuma a découvert sa vocation, à l'âge de 10 ans. "Quand je suis entré dans ce bâtiment, la lumière naturelle créait un espace complètement différent. Cela m'a tellement ému que j'ai décidé ce jour-là de devenir architecte."
 
Ironie de l'histoire, c'est lui qui a été choisi pour créer le nouveau stade olympique de Tokyo, d'une capacité de 80 000 personnes, qui accueillera les JO de 2020. Kuma a voulu "un stade d'arbres et de verdure", dont l'enceinte bâtie en acier et bois est couverte de jardins suspendus. Son ambition : créer un lieu en harmonie avec la grande forêt aux alentours et "susciter l'émerveillement des enfants". Un projet qui illustre à merveille le credo de l'artiste : réintroduire la nature dans les villes. "Mon travail est une réflexion contre l'évolution des villes : avec le béton, les villes du XXe siècle ont été trop éloignées de la nature", expliquait l'architecte, de passage à Paris à l'été 2017 pour présenter son projet de gare Saint-Denis Pleyel, projet phare du Grand Paris-Express. La nature, le vivant, voilà ses sources d'inspiration ultimes : "AU XXe siècle, l'architecture avait une peau très rigide, elle séparait entièrement l'intérieur de l'extérieur. Ce que je souhaite moi, c'est créer une peau vivante, semblable à la peau humaine"

Kengo Kuma : L'architecte du vivant
Pour ce faire, Kengo Kuma s'efforce de "réintroduire des matériaux naturels et de faire fusionner l'architecture avec la nature, d'aller à l'encontre de l'architecture où l'on pose des boîtes" car, explique l'artiste, "ce qui est le plus important, c'est de conserver une certaine continuité au sein de la société, une continuité dans la culture. La durabilité des bâtiments est donc un objectif important, c'est la raison d'être de notre réflexion architecturale."
D'où son intérêt marqué pour tout ce qui touche à la tenségrité, qui permet " d'utiliser très peu de matériaux pour un volume très grand, une technologie nécessaire à l'ère du développement durable."
 
Dans le monde de Kengo Kuma, l'exigence de durabilité est indissociable de la qualité et du choix des matériaux, qui "doivent créer entre l'architecture et l'environnement une sorte de circulation naturelle".  Entendez par "circulation naturelle" une quête obsessionnelle de l'artiste pour la fluidité, la transparence, jusqu'à l'effacement des frontières visibles, des thèmes omniprésents dans sa démarche architecturale. "Je n'aime pas l'architecture monolithique, solide, lourde. Ce qui me plaît c'est la légèreté, la transparence, l'ambiguïté. Voilà le but de mon architecture et j'ai toujours été très inspiré par les nuages. Le nuage est le meilleur exemple de l'ambiguïté", commentait l'artiste dans une interview filmée, réalisée à l'occasion de la présentation du stand Technal conçu par l'artiste pour Batimat 2017, baptisé "le nuage d'aluminium", par lequel l'artiste entendait illustrer "le potentiel d'un nouveau genre d'espace liquide".
Kengo Kuma : l'architecte du vivant

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

Derniers articles publiés

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription