Habitat des seniors : le grand chantier

Architecture / Publié le 26 Janvier 2021

La crise sanitaire aura agi comme un électrochoc, révélant l'urgence à repenser le modèle des Ehpad et à développer des solutions alternatives. Déjà dans l'air du temps, la construction de nouveaux habitats pour les seniors devrait s'accélérer, où bientraitance, humanité et solidarité intergénérationnelle seront la règle.

Habitat des seniors : le grand chantier
Le nouvel EHPAD de Quimper Bretagne Occidentale comprendra 141 places d’hébergement.

EHPAD : vers une architecture bientraitante

Hérité du modèle de l'hospice, le concept d'Ehpad - Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes - créé par la loi du 2 janvier 2002 a été pensé pour et par des soignants mais nombre de ces structures sont inadaptées aux besoins actuels. En effet, les seniors de 2020 entrent en institution plus âgés (86 ans en moyenne) et avec un degré de dépendance accru. En outre, plus d'un résident sur 2 souffre de maladie cognitive (Alzheimer, Parkinson, etc.). Dès lors, une autre réflexion architecturale s'impose, centrée sur l'accompagnement sensoriel des patients, où l'organisation et le design des bâtiments (lumière, couleurs, sons, signalétique, etc.) font partie intégrante de la prise en charge. Preuve que les lignes bougent, le Conseil de Paris a inscrit dans son schéma gérontologique le concept de "bientraitance architecturale", reconnaissant que « la qualité de la conception architecturale du bâtiment a un impact fondamental sur la qualité de vie des résidents, sur les conditions de travail du personnel et sur le sentiment des familles des résidents." Pour y parvenir, certains architectes, comme Fany Cérèse de L’Atelier AA – Architecture Humaine ou Didier Salon (DSA) prônent une conception architecturale centrée sur l’humain et l’usage. Partant du principe que le meilleur expert de l’architecture de l’Ehpad est le senior qui y vit, ils fondent leur approche sur la vie quotidienne et les désirs exprimés par les résidents au lieu de leurs besoins supposés en fonction de leurs pathologies. 
 
Au strict plan sanitaire, la pandémie de COVID appelle à une réorganisation des Ehpad, afin de mieux protéger les résidents et le personnel. Alors que le modèle dominant actuel regroupe les espaces communs (salle à manger, salles d’activités…) au rez-de-chaussée et les chambres dans les étages, chaque niveau pourrait demain mixer chambres et espaces communs. L'idée étant de constituer des unités autonomes, permettant en cas d'épidémie de ne confiner que certaines parties du bâtiment. Patrick Laroudie, cofondateur de BVL Architecture interrogé par Le Moniteur, anticipe de nouvelles obligations réglementaires sur l'architecture des Ehpad, comme par exemple un double sas entrée/sortie, un espace dédié aux rencontres résidents/famille, des chambres plus spacieuses avec accès internet ou encore des chambres d'appoint réservées au personnel.

L'habitat inclusif, un futur plus désirable 


Même repensé, l'Ehpad ne saurait être l'alpha et l'oméga de la prise en charge des seniors, quand 90% des Français souhaitent vieillir chez eux. Offrir une alternative attractive entre maintien à domicile et établissement médicalisé est une priorité issue de la concertation nationale Grand Âge et Autonomie menée en 2019 par le Ministère de la Santé et des solidarités.
 
Figure de proue de cette "troisième voie" entre la maison et l'Ehpad, l'habitat inclusif, concept inclus dans la loi Elan (2018), se définit comme des « logements destinés aux personnes handicapées et aux personnes âgées qui font le choix, à titre de résidence principale, d’un mode d’habitation regroupé ». Cette définition large recouvre plusieurs modes d'hébergement innovants qui éclosent un peu partout en France, portés par des acteurs variés (promoteurs, bailleurs sociaux, collectivités locales, services médico-sociaux, associations ou particuliers) désireux d'inventer de nouveaux types d'habitat pensés pour le bien-vieillir. Objectif : avoir un vrai "chez soi" qui préserve l'autonomie et l'intimité des anciens mais inclus dans la cité avec un accès aisé à tous les services, pour rompre l'isolement.
 
Ainsi, l'habitat partagé ou béguinage – terme venu d'Europe du Nord, emprunté à la communauté religieuse des béguines, habitant un regroupement de logements individuels et de bâtiments communs au sein d’un espace clos – inspire nombre de bailleurs sociaux aujourd'hui. Autre modèle séduisant : la coopérative d’habitants seniors, lieu de vie construit et géré par un groupe de personnes âgées qui se constituent en coopérative. L'immeuble abrite différentes tailles d'appartements et des espaces communs (salle de séjour avec cuisine pour réceptions, cave, chambres d'amis, etc.). Les loyers versés servent au remboursement de l'emprunt contracté par la coopérative. Accession à la propriété, solidarité financière, partage des responsabilités et stimulation collective, la formule offre de nombreux avantages. L'habitat intergénérationnel regroupe dans un même immeuble des studios étudiants, des T3 – T4 pour les familles, des 2 pièces pour les seniors, avec des espaces et équipements communs (lingerie, salle commune, jardin…), favorisant le lien social et l'entraide, tout en rationnalisant les mètres carré et les coûts. A noter enfin l'essor de la pratique du coliving, incluant des colocations entre seniors, ou la cohabitation intergénérationnelle (senior accueillant chez lui un étudiant ou un jeune actif en échange de menus services).
 
Autant de solutions que le rapport Piveteau-Wolfrom remis au gouvernement en juin 2020 entend encourager en donnant un cadre légal et administratif propice à l'essor de l’habitat inclusif, rebaptisé API « l’habitat accompagné, partagé et inséré dans la vie de la cité ». Il préconise notamment la création de 140 000 habitats inclusifs d'ici à 2030 et fait 56 propositions en vue de la future loi Grand Âge. 

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription