Expo : L'histoire naturelle de l'Architecture

News / Publié le 02 Mars 2021

Comment le climat, les questions énergétiques ou les virus et bactéries ont-ils façonné les villes et les bâtiments au cours des siècles ? La question, posée par l'exposition "L'histoire naturelle de l'architecture" du Pavillon de l'Arsenal – Centre d'Urbanisme et d'Architecture de Paris - revêt dans le contexte sanitaire actuel une acuité certaine. En attendant la réouverture au public, une visite guidée en vidéo apporte quelques perspectives éclairantes, pour comprendre le monde d'avant et mieux dessiner celui d'après.

Expo : L'histoire naturelle de l'Architecture
Alors qu'on a coutume d'appréhender l’histoire de l’architecture par le prisme culturel, sociétal ou politique, Philippe Rahm, docteur en architecture, initiateur et commissaire de l'exposition, en propose une toute autre relecture, mettant en évidence l'importance des causes naturelles dans l'évolution de la discipline, de la Préhistoire jusqu'au milieu du XXe siècle.
Ce faisant, il assène une vérité trop longtemps oubliée : avant d'être une question de confort ou de courant intellectuel, la fonction de l'architecture est d'apporter des réponses à des phénomènes naturels, d'ordre climatique ou sanitaire, avec dans bien des cas des enjeux vitaux... 
"L'histoire naturelle de l'architecture" se veut une démonstration par l'exemple, à partir de nombreux documents d'époque, en 13 périodes-clés qui ont modifié la relation de l'être humain à la nature et à son environnement, et partant, sa façon de construire et d'habiter le monde. Au début du parcours de visite, un écran connecté affiche la température corporelle du visiteur, manière de rappeler que notre condition d'animal homéotherme est à l'origine de l'architecture. En effet, dès la Préhistoire, l'humain a cherché à se protéger des agressions extérieures (soleil, vent, froid) en créant autour de lui une enveloppe protectrice avec de l'air tempéré (entre 20 et 26°C), afin de maintenir sa température autour 37°C.

Comment l'agriculture a inventé la ville 

Au tournant du néolithique, vers 10 000 ans avant J.-C., à la faveur d'un adoucissement du climat, on passe d’une société de chasseurs-cueilleurs nomades, à une vie d’agriculteurs-éleveurs. Les Hommes se mettent à cultiver le blé et se sédentarisent autour du grenier à blé, qui constitue l'embryon des premières villes, apparues dans l’ouest du Moyen-Orient, en Égypte et en Mésopotamie. 
 
L'Antiquité verra également l'invention de l'espace public, autour de la recherche d'avantages climatiques, à l’instar de la basilique du forum romain, vaste halle couverte créée pour se rencontrer et échanger à l'abri du soleil et des chaleurs estivales. Plus tard, la place publique a pour fonction de se regrouper autour d'un feu ou à l'ombre des arbres : c'est la notion de thermosocialisme, qui explique aussi la naissance des cafés, créés pour se réchauffer. Autant de préoccupations rendues caduques par l'invention du chauffage central et de la climatisation au XXesiècle, mais que les urbanistes se réapproprient aujourd'hui.
Expo : L'histoire naturelle de l'Architecture Expo : L'histoire naturelle de l'Architecture

La photosynthèse à l'origine du parc urbain

Au XIXe siècle, le chimiste et physicien anglais Joseph Priestley montre que des souris sous cloche vivent plus longtemps en présence de végétaux et observe qu'un brin de menthe a le pouvoir de détoxifier l’air. Ses travaux ouvrent la voie à Lavoisier, qui découvre l'oxygène, et à la mise en évidence du processus de photosynthèse. Ces nouvelles connaissances justifient la création des premiers parcs urbains plantés d'arbres, en vue d'améliorer l’air des villes… Végétaliser les villes ? Une bonne pratique éclipsée par la climatisation depuis les années 50, mais qui fait son grand retour dans nos métropoles asphyxiées.

 

Architecture et changement climatique 

Une autre séquence éloquente explique comment en 1815, l’éruption du volcan Tambora en Indonésie a projeté un nuage de poussière géant, responsable d'une diminution du rayonnement solaire pendant plusieurs années, qui va entraîner une baisse des températures d'environ 2°C sur la planète. Ce brusque changement climatique engendrera une mutation du germe du choléra, provoquant une épidémie mondiale meurtrière. C'est à ce funeste épisode que l'on doit la transformation de Paris, le préfet Haussmann ayant ordonné la création de larges "boulevard à vents" et d'un réseau d'égouts pour disperser les germes et la puanteur stagnant dans l'air et les rigoles des ruelles moyenâgeuses.
A la fin du XIXe et au début du XXe siècle, d'autres virus meurtriers (diphtérie, tuberculose, grippe espagnole) consacreront l'architecture hygiéniste, avec ses grandes ouvertures, ses locaux ventilés et ses solariums pour profiter des rayons du soleil supposés bactéricides, son style épuré et son blanc immaculé. Des principes qui seront repris par les architectes modernistes, de Mies van der Rohe à Le Corbusier. 
 
Expo : L'histoire naturelle de l'Architecture
Au travers d'une passionnante relecture de l'histoire de l'architecture, l'exposition du Pavillon de l'Arsenal est un miroir tendu à notre époque, qui invite à replacer les phénomènes naturels au cœur de notre réflexion architecturale et de nos procédés constructifs.
 
 
Sources : 
Visite guidée en vidéo : suivez la "Ballade organisée" en compagnie de Philippe Rahm proposée par le magazine tema.archi.
pavillon-arsenal.com

Laisser un commentaire

En soumettant le présent formulaire de contact, vous autorisez TECHNAL à utiliser les informations personnelles que vous avez saisies pour traiter votre demande. Pour en savoir plus sur nos engagements pour garantir l'intégrité et la sécurité des données personnelles de nos clients et partenaires nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité à partir du lien ci-après : https://www.technal.com/fr/fr/accueil-professionnels/mentions-legales/politique-de-confidentialite/

* Champs obligatoires

/ recevez le meilleur de l’actu 4114

Inscription réussie Echec de l'inscription